Cadillac

Filleule de Bordeaux

Bastide de Cadillac sur Garonne

La bastide de Cadillac est fondée par une charte signée en 1280 par Jean de Grailly Sénéchal d’Aquitaine pour le roi d’Angleterre Henri III.

Cette création s’inscrit dans le mouvement de fondation des bastides dans le Sud-Ouest de la France pendant environ 150 ans, entre les 13è et 14è siècles.

Une bastide est une ville neuve du Moyen-Age. Son rôle est de marquer politiquement un territoire, de fixer des populations et de développer économiquement une région.

Les populations, en s’installant dans ces villes nouvelles, obtiennent le statut d’homme libre, reçoivent des parcelles égales, longues et étroites pour construire leurs habitations et des terres à cultiver hors les murs.

Cadillac se situe au confluent du ruisseau de l’Oeuille et de la Garonne, d’où sa forme triangulaire.

La ville, de plan géométrique, est coupée par deux voies principales perpendiculaires ; des voies secondaires parallèles délimitent ces îlots d’habitation rectangulaires aérés par des venelles.

Au centre, se trouve la place centrale, lieu clé de la ville bastide. Outre la date de sa fondation, la bastide de Cadillac est également marquée par un autre événement fondateur : la construction par Jean- Louis Nogaret de La Valette, duc d’Epernon, d’une demeure quasi-royale au 17è siècle.

La porte de la mer

Son nom évoque la proximité de la Garonne, sensible aux marées.

Seule tour proche de son état initial, elle est dotée d’une terrasse crénelée et d’un imposant mâchicoulis assurant sa défense.

Un pont levis la fermait jusqu’au début du 18è siècle.

Crues de la Garonne

Sous cette porte, une échelle des crues témoigne des colères du fleuve.

En effet, une fois le pont levis supprimé et les fossés comblés au pied des remparts, les inondations débutent dès la fin du 18è siècle.

Le Carruet

Ce passage ou carruet, partiellement conservé, dégagé derrière l’enceinte fortifiée, permettait la circulation continue des soldats tout autour des remparts de la ville et ainsi l’accès aux archères.

Le Carruet

Il ne faut pas confondre ce corridor militaire avec les venelles entre deux parcelles.

Ces aérations permettaient la circulation des habitants et évitaient la propagation du feu lors d’incendie.

Les Remparts

A sa fondation, la bastide de Cadillac n’est entourée que de palissades en bois et de fossés.

Les murailles ont été élevées de 1315 à 1370, les habitants s’engageant à construire les murs et le seigneur finançant les 4 portes fortifiées.

Deux sont encore en place : les Portes de la Mer et de l’Horloge.

Ont disparu au 19è siècle, la Porte de l’Oeuille, côté ruisseau, et la Porte de Benauge, côté église.

Renforçant les murailles, 3 tours rondes aux angles de l’enceinte fortifiée sont toujours visibles.

Au 19è siècle, les murs n’ont plus leur rôle défensif.

On comble les fossés et on les bâtit partiellement. On pratique alors de nouveaux accès dans le mur d’enceinte.

Le jardin d'agrément du château

C’était au 17è siècle un lieu de flânerie, jardin de fleurs agrémenté de grottes où des jets d’eau appelés des «malices» arrosaient les visiteurs.

Il a été restitué dans l’esprit des jardins «à la française» à la fin du 20è siècle.

Le Château de Cadillac

Le château de Cadillac comme une centaine d’autres monuments, propriété de l’État, est géré, animé et ouvert à la visite par le centre des monuments nationaux.

Georges Cazeaux-Cazalet habitait La Closière, chartreuse du 18ème à la sortie de Cadillac.

Georges Cazeaux-Cazalet

Maire de Cadillac au début du 20è siècle, ce fut une personnalité importante pour le monde viticole. Il participa à la lutte contre le phylloxera et le mildiou, maladies de la vigne.

Il créa également à Cadillac la première école de l’agriculture dispensant aux jeunes vignerons un enseignement théorique sur la culture de la vigne.

Georges Cazeaux-Cazalet habitait La Closière, chartreuse du 18ème à la sortie de Cadillac.

Aujourd’hui, cette maison a été transformé en Musée de la vigne et du vin, lieu ludique, convivial et adapté à tout public. Une visite de cette maison s’impose pour comprendre le monde viticole et les appellations de notre région : Cadillac Côtes de Bordeaux, Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont.

La halle et la place centrale

C’est le lieu des échanges, marchands et conviviaux, et de la vie communale.

Les arcades ou couverts bordaient à l’origine les 4 côtés de la place. Au centre, la halle prend place. Initialement en bois, elle est construite en pierres au 19è siècle. Le frontispice en toiture témoigne de ses fonctions républicaines.

L’hôtel de ville est toujours à cet emplacement.

La charte de construction de la bastide (1280) est assortie d’une sorte de règlement de vie.

Ainsi, depuis l’époque médiévale, notre marché hebdomadaire a lieu le samedi matin. Originellement, seule la place centrale était dédiée à ce marché.

Aujourd’hui, il occupe l’ensemble de la bastide, ce qui en fait un moment clé de la vie locale.

La halle et la place centrale

Le château des ducs d'Epernon

Début 17è siècle, le 1er duc d’Epernon, cadet de Gascogne précurseur des mousquetaires, commande ce château qui recevra Louis XIII, Anne d’Autriche, Richelieu, Mazarin et Louis XIV.

Il deviendra une prison pour femmes au 19è siècle.

Château de Cadillac

À 35 km au sud-est de Bordeaux, visitez ce château ducal, ses histoires et collections.

HORAIRES | TARIFS | ACCÈSCONTACT

La porte de Benauge

A l’aplomb de l’église, dans l’axe de la rue, se situait la Porte de Benauge, porte détruite en 1867 lors de la réfection de la façade et du clocher de l’église.

L’arrachement de cette Porte est encore visible face au porche d’entrée.

La Collégiale Saint-Blaise

L’ancienne collégiale Saint-Blaise, chapitre de chanoines fondé en 1492 par Gaston de Foix, est construite, sur son côté Est, en englobant le mur du rempart.

En extérieur, on peut encore entrevoir les archères et les anciens créneaux.

La Collégiale Saint-Blaise - Cadillac

La chapelle funéraire

La chapelle funéraire du Duc et de la Duchesse

Adjacente à l’église communale, la chapelle funéraire est entreprise fin 17è siècle.

Elle abritait le mausolée de la duchesse et du duc d’Epernon, héritiers de la famille Foix-Candale.

Cette chapelle était une somptueuse imitation des tombeaux royaux de Saint- Denis.

La porte de l'horloge

Appelée initialement Porte Vernihaut, elle devient Porte de l’Horloge en 1772, après l’installation d’un mécanisme d’horlogerie.

Pour cela, elle est surélevée d’un 4è étage couvert d’un toit en dôme et surmonté d’un clocheton.

Le passage, couloir voûté en berceau ogival, défendu par une herse précédée d’un assommoir, s’ouvrait sur un pont-levis.

Les différents étages sont percés d’archères. Puis, une canonnière a été aménagée sous l’archère centrale.

La Garonne et son port

La Garonne est indissociable de l’âme de Cadillac. C’est d’ailleurs elle qui a dicté son emplacement, son développement économique jusqu’à l’arrivée du chemin de fer.

Aujourd’hui, la Garonne est un fleuve que l’on admire en se baladant sur les anciens chemins de halage ou sur laquelle on surfe lors des périodes de Mascaret.

Le fleuve redevient un axe de communication privilégié et on aime se rendre à nouveau à Cadillac en bateau.

Le pont «Eiffel» retiendra également votre attention. Inauguré en 1880 et réalisé par M. Lebrun, sur les principes du célèbre ingénieur, son nom est d’ailleurs gravé sur l’ouvrage : à vous de trouver cette dédicace.

La Garonne et son port

union-villes-bastides-33-nCe parcours vous est proposé par l’Union des Villes Bastides de Gironde avec le soutien de :

Inscrivez-vous à la lettre d'information

pour recevoir toutes les actualités et manifestations

You have Successfully Subscribed!